TRANSITION ENERGETIQUE

Depuis 10 ans, le secteur de l’énergie se digitalise profondément avec, par exemple :

  • Le développement des SmartGrids ou réseaux électriques intelligents comprenant notamment le déploiement de compteurs intelligents, de réseaux de capteurs, de postes de transformations numérisés, de nouvelles générations de SCADA pour une meilleure exploitation.
  • La digitalisation de la maintenance des installations : meilleur équipement des techniciens sur le terrain en outils de mobilité pour la remontée des données d’intervention, automatisation de l’inspection avec l’émergence des drones, etc….

On prévoit une multiplication des données disponibles à des fins d’analyse et d’aide à la décision chez un énergéticien d’un facteur de 1 500 sur 15 ans (de 1 TB en moyenne en 2010, à 1500 TB prévu en 2025).

Les SmartGrids, une réponse aux fortes contraintes des réseaux électriques

Les SmartGrids sont des réseaux électriques qui peuvent intégrer intelligemment le comportement et les actions de tous les utilisateurs connectés (producteurs, consommateurs et ceux qui exercent les deux activités) dans le but de fournir l’électricité de manière efficace.

Un SmartGrid doit intégrer les caractéristiques ou permettre d’atteindre les performances suivantes :

  • Etre auto-cicatrisant vis-à-vis des événements perturbateurs.
  • Permettre la participation active des consommateurs modifiant leur demande.
  • Réagir et se protéger contre les attaques physiques et les piratages informatiques.
  • Fournir une électricité de qualité adaptée à tous les besoins.
  • Accueillir toutes les technologies de production ou de stockage.
  • Permettre l’émergence de nouveaux produits, services et marchés.
  • Optimiser l’utilisation et la gestion des actifs.

De plus en plus dans le futur, les échanges d’énergie électrique seront pilotés en temps réel, optimisés à différentes échelles (locales, nationales, européennes) et faisant intervenir de nouveaux acteurs dans les équilibres du fait de l’imbrication de systèmes hétérogènes : autoconsommation, micro-réseaux, réseaux, super-réseaux (grands réseaux européens).

Ces évolutions, qui se traduisent par une mutation profonde de systèmes autrefois centralisés, linéaires et prévisibles, vers des systèmes bidirectionnels et très flexibles constituent une opportunité pour le déploiement de nombreuses applications utilisant de l’IA : optimisation de la consommation, meilleure surveillance des réseaux, anticipation des gisements de flexibilité, meilleure articulation des moyens de stockage et du véhicule électrique aux réseaux, etc.