Innovation santé : 10 clés de succès pour une incubation réussie

L’incubation est le modèle de développement privilégié par les start up, notamment dans le domaine de la santé. Les industriels de santé commencent à proposer des solutions pour accompagner ces start up. Découvrez nos conseils pour une incubation réussie côté start-up et côté industriel !

On observe une ouverture progressive des industriels de santé à leur écosystème environnant, notamment des start up pour développer de nouvelles solutions dans l’aide à la pratique des professionnels de santé ou la prise en charge des patients. C’est un pas décisif pour ces laboratoires pour se positionner sur la médecine personnalisée et créer des avantages différentiels.

Côté start up, on observe une forte émulation dans le domaine de la santé. En témoigne le classement French Tech 120* dévoilé mi-janvier où la santé est le 1er secteur d’activité représenté.

©Pixabay / Geralt

 

Pour se développer, les start up plébiscitent majoritairement l’incubation qui peut s’effectuer au sein d’incubateurs technologiques, de pépinières ou de programmes d’accompagnement.

En effet, intégrer un incubateur permet de bénéficier de l’accompagnement d’une structure dédiée à l’entrepreneuriat, avec des conseils provenant d’experts et de favoriser le développement de la start up.

Voici nos 10 clés de succès pour réussir cette incubation

  1. Identifier ses besoins pour choisir la bonne structure

Aujourd’hui, il existe différents types de structures d’accompagnement pour les jeunes entreprises innovantes : incubateur de développement économique, incubateur d’entreprise, incubateur académique et scientifique, incubateur d’investissements privés, accélérateur d’innovation… Pour choisir la bonne structure d’accompagnement, il est essentiel de bien définir ses besoins : financiers ? Compétences ? Réseaux ? ….

  1. Comparer l’offre à ses besoins

Suivant les besoins identifiés et la phase de développement, le choix de la structure d’accompagnement sera différent. Il convient donc de comparer les différentes structures pour identifier la meilleure option. Recueillir des retours d’expériences et avis de start up intégrées dans les structures sélectionnées est aussi un moyen de mesurer la qualité de l’accompagnement :

Devenir une licorne ? Quel bon accompagnement à chaque étape pour les entrepreneurs – La Boussole / BCG – Avril 2018

 

    1. Ecouter les besoins des entreprises

    De nombreuses entreprises, et notamment grands groupes, s’associent avec des incubateurs ou autres structures d’accompagnement pour déployer des approches d’open innovation. Dans ce cadre il convient de s’adapter aux besoins de l’entreprise, à ses problématiques afin d’être visible et potentiellement décrocher la mise en place de POC ou contrats. Il est plus facile pour une petite structure agile de s’adapter aux besoins des grandes entreprises que l’inverse. Il est également nécessaire de bien cadrer la relation dès le départ.

    1. Préparer un dossier complet pour convaincre

    Pour intégrer les structures d’accompagnement, il est nécessaire de compiler un dossier complet présentant la start up, son marché, les équipes, les projets, le business plan (étude de marché, stratégie, prévisionnel…). Il est également impératif d’y joindre des éléments de motivation et d’ambition. Les places étant limitées dans les incubateurs, cela peut faire la différence.

    1. Devenir un pro du pitch

    Le pitch est un exercice incontournable pour les start up pour intégrer une structure d’accompagnement mais surtout pour convaincre des investisseurs ou des jurys lors d’événements. Au cours de cette exercice, il convient de respecter un certain nombre de règles basiques : respecter le timing, être concis, savoir vendre ses compétences et celles de son équipe, présenter des cas concrets et éviter les démonstrations abstraites, présenter le business model avec des objectifs précis et les étapes d’évolution, maîtriser ses chiffres et ceux du marché, utiliser une présentation simple mais attractive…

    1. S’appuyer le savoir-faire des structures d’accompagnement

    Suivant la structure d’accompagnement sélectionnée, l’offre mise à disposition varie. De la simple mise à disposition de bureau à la délégation de compétences, en passant par des programmes de mentoring, l’accès des événements types afterworks, un accès facilité aux organismes d’investissements ou business angels… Une fois intégré dans ce type de structure, il ne faut pas hésiter à capitaliser sur tous les services proposés pour favoriser son développement.

    1. Communiquer : une priorité

    Être visible auprès des investisseurs, des potentiels clients ou partenaires est essentiel pour une start up. En période d’incubation, la communication est une priorité pour se faire connaître, présenter sa ou ses solutions et intégrer l’écosystème d’un marché. Pour gagner en visibilité, il faut participer aux événements santé/e-santé en lien avec son activité, participer aux appels à projets, se créer une ligne éditoriale sur les médias sociaux… L’utilisation des médias sociaux est un bon moyen pour se rendre visible mais ne pas négliger les relations presse qui constitue toujours un canal indispensable pour toucher les journalistes ou leaders d’opinions.

    1. Se créer un réseau

    L’intégration à une structure d’accompagnement ou un programme d’innovation permet de se créer un réseau bénéfique pour le développent de la start up. Cela permet dans un premier temps de s’entourer de compétences qu’il est difficile d’avoir au lancement de sa start up (finance, communication, marketing…), d’échanger avec d’autres start up ou entrepreneurs, puis de commencer à tisser un réseau de prospects ou clients. Il est important de pouvoir partager des informations ou retours d’expérience entre entrepreneurs donc la création d’un réseau est essentielle.

    1. Fédérer son équipe

    Dans de petites structures, comme les start up, qui nécessitent un investissement important et un engagement fort, il est primordial de créer une véritable cohésion au sein de l’équipe autour du projet Les membres de l’équipe ont le plus souvent plusieurs casquettes mais sont tous des ambassadeurs du projet ou de l’entreprise donc il est essentiel de les fédérer autour de valeurs communes. La motivation reste le plus souvent un des moteurs essentiels dans la réussite d’une start up.

    1. Être agile et réactif

    L’intégration dans une structure d’accompagnement doit permettre de gagner en agilité et démontrer des capacités de mise en œuvre rapide et de qualité. La qualité et rapidité d’exécution sont des critères importants notamment dans le cadre de partenariat avec des grandes entreprises. La taille de ces entreprises engendre des processus lent et complexe, c’est pourquoi elles se tournent vers des start up plus agiles. Le concept ou l’innovation ne sont pas suffisant pour se démarquer, c’est pourquoi il est impératif d’être dans un mode de réactivité constant.

     

    * Classement des 120 start up innovantes sélectionnées par la French Tech pour recevoir un accompagnement prioritaire pour les aider dans leur hyper-croissance. Liste dévoilée lors du sommet Choose France.

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *