Open Innovation Pharma : 10 points pour réussir son hackathon !

L’industrie pharmaceutique s’ouvre de plus en plus à son écosystème externe en déployant des stratégies d’open innovation. Le hackathon est souvent un format plébiscité même si ce n’est pas le seul. Découvrez les bonnes pratiques pour qu’un hackathon soit une réussite.

Pour développer des solutions digitales innovantes et pérennes, les laboratoires pharmaceutiques se tournent vers l’innovation ouverte ou open innovation. L’objectif est d’impliquer des tierces-parties externes à l’organisation dans son processus d’innovation afin d’exploiter au mieux l’intelligence collective de son écosystème.

Ces collaborations externes se matérialisent sous différentes formes. Plutôt que de mettre en place de simples partenariats avec des incubateurs de start-up, certains laboratoires ont choisi de créer des équipes dédiées à l’Open Innovation afin de tisser des liens durables avec l’écosystème de start-up en France. Ces équipes ont généralement plusieurs objectifs : identifier les besoins des équipes internes (marketing, médical, vente, R&D…), cartographier l’écosystème des start-ups pouvant répondre aux problématiques du laboratoire, nouer des partenariats avec des incubateurs ou directement avec des start-ups, mener des projets pilotes avec des technologies disruptives ou encore jamais utilisées par le laboratoire.

D’autres laboratoires ont été plus loin, en créant des entités indépendantes entièrement consacrées à l’innovation digitale et à l’e-santé. L’objectif est de s’affranchir des process peu compatibles avec l’innovation technologique et de gagner en agilité.

De nombreux laboratoires ont choisi une autre voie en lançant des programmes d’accompagnement de start-up ou sociétés innovantes avec une réelle volonté de se pérenniser et sortir des initiatives souvent restées sans suite par le passé. Il peut s’agir d’un accompagnement financier ou de la délégation de compétences.

Hackathon : être au plus proche de l’innovation

Contraction de « hack » et « marathon », un hackathon est un événement lors duquel des équipes (composées de développeurs, de designers et de chefs de projet) doivent développer un projet digital, en général un logiciel ou une application. Elles doivent le faire sur une période limitée, généralement de 48h.

Dans le cadre de ces programmes d’open innovation, de nombreux laboratoires ont lancé des hackathons au cours des trois dernières années. C’est effectivement un vecteur d’accélération potentielle de l’open innovation même si ce n’est pas le seul.

L’objectif de ces hackathons est d’émerger des solutions innovantes au service des patients, des aidants ou des professionnels de santé. Ces hackathons s’inscrivent également dans une démarche d’acculturation en interne. Au-delà de l’ouverture à l’écosystème externe, ils constituent un moyen d’impulser une nouvelle approche de l’innovation et de construction des projets au sein des laboratoires.

Tous ces hackathons ont permis de contribuer à développer une culture de l’innovation et une ouverture des collaborateurs de l’industrie pharmaceutiques à leur écosystème environnant, en intégrant davantage de patients, start up ou professionnels de santé dans la construction de leurs initiatives digitales.

Cependant une partie de ces hackathons ont malheureusement été perçus comme de simples « coups de communication », faute de suivi dans le temps au-delà de l’événement, d’intégration dans une véritable démarche structurée d’ouverture à l’écosystème externe ou de pérennité des projets.

Pour réussir un hackathon dans le domaine de la santé, il existe un certain nombre de règles à respecter. Voici le Top 10 des conseils pour réussir un hackathon :

1. Définir le cadre et les objectifs

Il est important de fixer les « règles du jeu » en définissant une thématique, un champ d’intervention (une pathologie ou aire thérapeutique), une problématique à résoudre et bien sûr des objectifs.

2. Sélectionner les bons partenaires

Suivant la thématique choisie, associer un ou plusieurs partenaires peut être judicieux pour crédibiliser l’événement et amplifier la communication. Il peut s’agir d’association de patients, de sociétés savantes voire de think tank ou autres associations professionnelles.

3. Déployer une plateforme dédiée à l’événement

Pour faciliter le recrutement de participant et l’enregistrement des projets, il est indispensable de mettre en place une plateforme web dédiée. Cela peut également simplifier la constitution des équipes pour l’événement. Il s’agit aussi d’un socle pour le dispositif de communication.

4. Déterminer les prix et récompenses

Il est nécessaire de clarifier en amont le nombre de prix à remettre ainsi que les dotations associées. Elles peuvent être de simples dotations financières, un accompagnement dans l’intégration au sein d’un incubateur de start up ou de la délégation de compétences.

5. Communiquer régulièrement

La communication est primordiale à chaque étape du projet. En amont elle permet de faire connaître l’événement, ses objectifs pour recruter des participants. Durant l’événement la retransmission en live sur les médias sociaux permet d’amplifier les messages et d’impliquer les participants et les collaborateurs de l’entreprise. La communication post événement est tout aussi essentielle pour présenter les lauréats et les prochaines étapes d’accompagnement.

6. Sélectionner des mentors

Tout au long de l’événement des mentors sont disponibles pour accompagner les participants qui viennent le plus souvent de différents horizons et ne connaissant pas nécessairement les problématiques liées au monde de la santé. Il convient donc de sélectionner des mentors issus de différents univers (patients, professionnels de santé, experts digitaux, juriste…) avec des expertises variées.

7. Animer le hackathon

Pour maintenir l’intérêt tout au long de l’événement il convient d’organiser des mini-conférences thématiques autour de la problématique choisie ou de faire intervenir des experts technologiques pour nourrir les participants. Cela permet également de contribuer à la visibilité de l’événement et de nourrir les canaux de communication.

8. Accompagner les participants

Lors de hackathon, la plupart des équipes se constituent sur place sans que les participants ne se connaissent. Il convient donc de les accompagner dans la création des équipes et le déroulé des étapes. Des petites formations au Pitch devant le jury sont également recommandées. Il est également indispensable de prévoir des espaces ou animations de détente pour les participants.

9. Choisir un jury pluridisciplinaire

Pour que le choix des lauréats se basent sur un certain nombre de critères justes (réponse au besoin, design, fonctionnalités, viabilité économique…), il est nécessaire de composer le jury de collaborateurs de l’entreprise mais également de représentants des partenaires et d’experts externes.

10. Préparer la suite…

Cette étape est nécessaire pour inscrire le hackathon dans une démarche globale d’ouverture à l’innovation. Il s’agit à la fois d’une phase de bilan pour identifier ce qui a fonctionné ou non et d’une phase de projection sur le suivi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *